Sarah, la martyre aimée de tous !
Crédits : findanime.net – Princesse Sarah

Sarah, la martyre aimée de tous !

Jeune fille aux longs cheveux noirs ébènes et aux yeux bleus cristal souvent embués de larmes, Sarah s’est affranchie de son statut de simple personnage de fiction et est devenue une véritable icône populaire pour son courage et sa force mentale. Imaginée par Frances Hodgson Burnett, elle est l’héroïne du roman pour la jeunesse A Little Princess sorti aux États-Unis en 1905. Néanmoins, c’est l’adaptation animée Princesse Sarah en 1985 par les studios Nippon Animation qui permit aux amateurs de mangas du monde entier de découvrir cette adorable fillette. Retour aujourd’hui sur ce personnage aussi attachant que bouleversant !

D’abord, du paradis à l’enfer il n’y a qu’un pas et Sarah va vite s’en rendre compte. Issue d’une riche famille vivant en Inde, son départ dans un pensionnat pour filles à Londres afin qu’elle puisse obtenir une meilleure éducation va signer le début de son calvaire. Au début pourtant, tout se passe sous les meilleurs auspices : sa beauté, sa gentillesse, ses bons résultats scolaires et son statut social lui offrent une certaine popularité ainsi qu’un de traitement de faveur de la directrice mademoiselle Mangin. Mais quand son père décède brutalement et que sa fortune s’envole, tout s’écroule ! Pour rembourser ce qu’il devait au pensionnat, sa fille Sarah est contrainte de devenir servante. Celle-ci connaît un véritable retournement psychique en passant de la vie de riche privilégiée à une vie de misère. À cause de ce désenchantement brutal, la fillette de seulement huit ans au début de la série va acquérir rapidement une certaine maturité afin de survivre dans ce nouvel environnement. Et quelque chose qu’on ne peut pas lui enlever est son incroyable force mentale car Sarah va vivre l’enfer mais pourtant, elle ne bronchera jamais. En plus d’être forcée à vivre dans une pièce exigüe se trouvant dans le grenier ou d’être régulièrement harcelée par plusieurs filles avec à leur tête Lavinia, elle reçoit également des mauvais traitements de la directrice et se voit confier des tâches ingrates. On ne pourrait compter le nombre de fois où des téléspectateurs indignés ont pensé ou hurlé « défends-toi, défends-toi !» devant leur téléviseur mais en vain. Sarah subit encore et encore sans jamais se plaindre et le plus incroyable est qu’elle arrive même à pardonner ceux qui lui causent du tort.

Cela nous amène à l’un des traits les plus marquants de la personnalité de l’héroïne : sa gentillesse. Jamais au grand jamais vous ne verrez Sarah se sentir d’une quelconque façon supérieure à l’une de ses camarades malgré des origines bourgeoise. Elle le prouve avec Peter qui fut son cocher mais qui devint rapidement son ami ou encore avec Becky. Une amie qui est d’ailleurs très importante pour elle car elle ne cesse de lui apporter de l’espoir et du réconfort. Dans l’anime, le passage où elle coupe un bout de son châle pour l’offrir en cadeau d’anniversaire Sarah démontre clairement la puissance du lien qui les unit. La loyauté de Sarah envers ses amis anciens comme nouveaux font qu’ils lui rendent toujours la pareille et lui permettent ainsi de garder espoir même dans les moments les plus difficiles. Il est intéressant de noter que dans le roman de Frances Hodgson Burnett, l’accent est moins mis sur la force de volonté de Sarah mais sur sa capacité à rêver pour s’évader. En effet dans le livre, elle s’imagine plus être comme une princesse et agit en tant que tel pour mieux supporter son quotidien.

Comme pour tous ceux ayant vu l’avant dernier épisode qui montre l’héroïne portant une merveilleuse robe aux reflets dorés, Sarah laisse image d’une fille adorable, d’une battante et prouve qu’il faut toujours garder espoir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.